Nappy, non-nappy: happy

Nappy, non-nappy: happy

 

natural-hair-profile-web-1024x757On la connait tous, cette nouvelle tendance au « naturel » chez les femmes noires, qui consiste à adopter la mode NAPPY – NATURAL AND HAPPY-, à porter ses cheveux « tel que le Bon Dieu nous les a donnés à la naissance Oh ! Qu’elles ont de l’allure, ces belles femmes noires qui osent porter fièrement leur tignasse ! Pour certaines d’entre elles, la nature les a dotées de cheveux qu’elles n’ont jamais eu à défriser. Pour d’autres, ce sont les parents qui ne l’ont jamais fait et elles ont tout bonnement suivi la tendance.

Pour la majorité de ces femmes par contre, c’est suite à un « accident de parcours » qu’elles ont adopté ce style naturel : tresses ou mèches qui ont coupé leurs cheveux déjà fragilisés par de longues années de traitement au défrisage, casque, brushing, brûlures lors d’une séance de défrisage etc. Elles ont alors été obligées de se raser les cheveux, ce qui est appelé le « big chop » dans le jargon NAPPY et c’est après rasage ont découvert le charme de porter ses cheveux au naturel.

tgin_afro

Toujours parmi la majorité, d’autres ont délibérément choisi d’adopter la mode des cheveux au naturel soit par mimétisme, par conviction, ou alors, par simple envie de changer de style ou même par ras-le-bol de toujours devoir justifier le non-port du naturel auprès de certaines personnes.

Dans tous les cas de figures, pour celles qui ont décidé de passer au style naturel, le processus n’a pas été simple. Il leur a d’abord fallu faire le difficile choix de savoir, si elles devaient opter pour le « big chop » ou la « transition », qui est de couper les cheveux défrisés au fur et à mesure qu’ils poussent. Ensuite, elles ont eu à vivre de longues et difficiles étapes, par lesquelles elles ont dû accepter ce nouveau style, aussi bien que cette nouvelle personne qu’elles sont devenues face au miroir ; apprendre à aimer cette nouvelle texture de cheveux souvent hostile ; faire de très longues recherches sur la question ; savoir quels sont les produits adaptés ; et le plus dur, se battre ardument contre elles-mêmes pour ne pas céder au découragement et retourner à la « solution de facilité » qui consiste à se défriser à nouveau les cheveux, car tellement plus facile à coiffer ainsi !

images

Beaucoup ont d’ailleurs succombé à la tentation dans bien des cas rendue plus forte par la pression de leur entourage, par leurs amis et leurs familles, qui ne comprennent pas très souvent ce nouveau choix de coiffure qui est le leur. Une fois le style acquis et les compliments arrivant de toute part, les voilà qui mènent campagne auprès de leurs sœurs, les inconditionnelles du défrisage, amantes acharnées des cheveux lisses et longs, pour les « sensibiliser » contre les produits chimiques. C’est pour elles l’occasion ou jamais de vanter les mérites du retour au naturel, afin de leur faire prendre part, disent-elles, à cette joviale renaissance ethnique, qui représente la vraie féminité à la fois salutaire et toute africaine.

Mais elles n’auront malheureusement pas souvent la bonne approche, car le résultat étant hélas, que leur interlocutrice se rebiffe. Mes chères sœurs qui portez vos cheveux au naturel, comme c’est louable de votre part, de vouloir que les autres femmes accèdent elles aussi à cette fontaine de jouvence ! Vos dispenses d’astuces sur les

réseaux sociaux, ont aidé et conquis plus d’une. Mais n’oubliez pas que le charme de la vie, c’est avant tout le libre choix d’opter pour la diversité !

Le tableau ne serait-il pas un peu sombre si tout le monde avait le même style ? Dans nos garde-robes pour ne citer qu’un exemple, n’avons-nous des chaussures de plusieurs couleurs, allant des plus classiques aux plus excentriques ?

Ne parlons pas de leurs différents types et genres : escarpins, sandales, mocassins, compensés et j’en passe !

Eh bien, cela est aussi valable dans le monde des coiffures. Il y a celles qui aiment leurs cheveux droits et lisses, d’autres qui aiment porter des tissages, d’autres qui aiment porter leurs cheveux défrisés et courts, d’autres ondulés, d’autres qui aiment les mèches, d’autres les tresses africaines, d’autres les foulards, d’autres les dreadlocks, d’autres qui changent de style comme le caméléon change de peau.

Souffrez donc, mesdames, que votre noble quête ne soit jamais entièrement suivie par toutes les femmes noires et demandez- vous surtout si avoir des cheveux naturels les rendrait plus africaines, tant et si bien qu’on glorifierait plus nos racines noires ainsi ? Le bien-être de chacune passe aussi par l’adoption du style de coiffure désiré, et cela, sans devoir se justifier…

Nappy ou non nappy, soyons donc HAPPY d’être nous-même !

Davide

Previous Wedding closet
Next RISOTTO AUX SAUCISSES ET AU GOUDA

About author

You might also like

Chronique de Davide 0 Comments

Femmes et secteur informel

Faites un tour dans nos capitales, sur les places de marchés, dans les marchés hebdomadaires des villages et petites villes, ils ont tous un point en commun : les vendeuses

Chronique de Davide 0 Comments

Et si on parlait de la condition féminine ?

La condition de ladite « femme moderne » est-elle meilleure que celle de la femme d’avant ? J’avoue que c’est une question que je me pose de temps à autre,

0 Comments

No Comments Yet!

You can be first to comment this post!

Leave a Reply