Aifa : le diable s’habille en Balmain

Le soleil était à son zénith, il me fallait me dépêcher. Isobel ne permettrait pas mon retard. Nous avions un rendez-vous très important.

Cela faisait des mois que je travaille avec elle. En rentrant dans son domaine, j’ai eu une autre vision de la télé-réalité. C’est vraiment différent de ce qu’on vous montre. La réalité est bien plus « effrayante ».

Être son assistante, m’a permis de ressortir mon « Bad Side », mon côté manipulateur.

Isobel a fait de moi, une «  Evil Queen », pouvant « Ensorceler un rouet », « Empoisonner une pomme », ou « Vendre du sucre à un diabétique», le tout avec Classe.

J’étais devenue une de ces «  Femmes d’influence », en talons aiguilles, avec en plus, un air arrogant, méprisant, malgré ma « Bouille d’ange ». Chaque matin, je me rassurais et me répétais que je devais être dure et sans pitié, pour récupérer mes «  princesses ».

Mon salaire exorbitant m’a permis d’avoir mon « propre château », des bijoux de luxe et des tenues de rêve, sorti d’un défilé  Balmain. Ainsi que les privilèges d’une Diva d ‘Hollywood.

Rien ne me satisfaisait vraiment, à part l’idée d’éloigner, «  mes choux », de mon monstrueux mari.

« Rythm of love » était l’émission préféré de tous,  et dans quelques jours, j’allais être promu au rang de Co-productrice. Ce qui devait être un « Pretty Little Dream » pourrait très facilement tourner au cauchemar. Je pensais Aifa « Que fais-tu ? »

Pour récupérer mes enfants j’étais prête à « tenter le diable »,  « I AM ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *