Chronique de DavideNos Chroniques

Egalité des chances dans l’éducation

« Ce qu’un homme peut faire, une femme peut aussi le faire ». Fameux postulat qui a été à l’origine de beaucoup de débats, de crises, de batailles et de frustrations. D’aucun diront que les femmes ne peuvent pas TOUT faire aussi bien et même mieux que les hommes, d’autres soutiendront le contraire. Il y a également ceux qui disent qu’une bonne croyante ne devrait pas se targuer de savoir tout faire au même titre que les hommes, mais laissons de côté le débat religieux et parlons des femmes dans l’éducation, dans nos écoles, universités et instituts.

Je mets ma main au feu que dans ce domaine, personne ne niera que les femmes ont clairement démontré qu’elles font tout aussi bien que les hommes, et parfois même MIEUX.

Je me rappelle que déjà lorsque j’étais au primaire, il devenait de plus en plus difficile aux garçons d’être premiers de classe. Les filles étaient difficiles à coiffer au poteau. Il y avait toujours cette fille qui excellait dans toutes les matières et qui raflait tous les prix d’excellence en fin d’année. Eh oui !

Ceux qui disaient que la femme n’a pas l’esprit d’analyse et l’intelligence pour exceller à l’école ont eu tord sur toute la ligne ! Et puis, comment une personne capable de gérer un foyer, une famille, une belle famille, un homme pas toujours accommodant et compréhensif, parfois doublé de machisme et de misogynie ; une personne que l’on dit être le socle sur lequel la famille repose, comment cette personne peut ne pas avoir la sagesse et l’intelligence de réussir à l’école ? Je ne faisais que passer…

Cela dit, on a bel et bien vu des jeunes filles qui n’ont pas du tout réussi à l’école. Mais les raisons sont multiples : certaines n’étaient pas du tout intelligentes (c’est aussi valable chez les jeunes garçons), d’autres devaient participer aux corvées ménagères avant et après l’école parce qu’après tout ce sont de filles, pour d’autres encore l’âge du mariage avait sonné et les parents ont estimé qu’une fille n’a pas besoin de beaucoup étudier sinon elle n’obéira ni ne respectera pas son mari, et enfin d’autres ont échoué à l’école parce qu’elles étaient juste belles ! La beauté, sous nos cieux, est parfois un gage d’échec scolaire. Il suffit juste de faire la mauvaise rencontre et de ne pas avoir la tête sur les épaules pour que tout s’écroule… Encore une fois je ne faisais que passer…

Si aujourd’hui nous avons des femmes médecins, professeures agrégées, astronautes, scientifiques, présidentes de la république, c’est bien parce qu’elles sont arrivées au bout de leurs études, malgré les difficultés, les plafonds de verre, le machisme etc… Cela est dû aux nombreux programmes qui ont intégré l’aspect genre et qui ont permis d’envoyer plus de filles à l’école, de leur donner les moyens de réussir, de sensibiliser les parents et la société.

Mais le beau tableau n’est pas si reluisant que ça. Aujourd’hui encore il y a des filles qui doivent se battre pour aller à l’école. Elles peuvent être tuées juste pour avoir voulu aller à l’école ! L’exemple le plus illustratif est celui de la petite Malala Yousafzai au Pakistan. Aujourd’hui encore, certains parents refusent de voir la réalité en face, et préfèrent envoyer les garçons à l’école plutôt que les filles.

Aujourd’hui encore, une femme peut être plus diplômée qu’un homme et juste parce qu’elle est femme et qu’elle prendra certainement des congés maternité, on lui offre le poste de secrétaire plutôt que celui d’ingénieur en chef.

Il reste donc un long chemin à parcourir pour que l’égalité des chances dans l’éducation d’abord puis dans le milieu professionnel soit une réalité. Il est bien beau d’aller à l’école, d’avoir les mêmes diplômes que les hommes, mais où est l’intérêt si on ne peut pas avoir le poste dont on rêve ou le salaire qu’on voulait ?

Surtout que dans ce domaine, les femmes peuvent faire tout aussi bien, sinon mieux que les hommes ?

 

Previous post

Comment écrire des emails auxquels les gens répondront ?

Next post

Monument de la mode : Pierre Cardin

The Author

Davide SOKENG

Davide SOKENG

Davide Adams Sokeng, Traductrice /Interprète, Entrepreneure,
Rédactrice en chef d' Azamag.
Passionnée des questions de genre, j'ai comme citation dans la vie: "Shoot for the moon. Even if you miss it, you'll land among the stars". J'anime les chroniques sur Aza Mag

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *