Diet Attitude

MOELLEUX AUX POMMES SANS SUCRE AJOUTE

 

                               SANS LACTOSE                SANS SUCRE                      IG BAS

 

 

Durant un régime, il n’est pas question de renoncer à se faire plaisir, en toute modération ! Aujourd’hui le sucre est présent partout et il est en partie responsable des maladie de civilisation actuelle (obésité, diabète…) !

Dans cette recette, les pommes apportent du sucre naturel et des fibres, la farine complète (de blé, de châtaigne, de pois chiche, de niebe, de riz …) aura un index glycémique plus bas que la farine blanche, ce qui est important quand on surveille son poids. Un gâteau gourmand et diététique qui sera moins riche qu’un gâteau au chocolat !

Ingrédients pour 4 à 6 parts :

 

  • 3 pommes type golden
  • 1 compote de pomme sans sucre ajouté
  • 1 yaourt nature
  • 100g de farine complète T150
  • 50g de maïzena
  • 2 œufs entiers
  • 1 sachet de levure chimique
  • 1 pincée de sel

Etapes :

 

Préchauffer le four à 180°C.

Eplucher et découper les pommes en fines rondelles, les citronner pour ne pas qu’elles noircissent.

Dans un saladier, battre les 2 jaunes d’œufs, y incorporer la compote et le yaourt. Tamiser par de dessus les farines et la levure. Bien mélanger pour éviter tout grumeaux !

Battre les blancs en neige et incorporez le au mélange précédent délicatement avec une maryse. Ajouter les pommes à la préparation.

Verser la pate dans un moule en silicone, enfourner

40 min en surveillant régulièrement, puis laisser refroidir sur une grille avant de servir.

 

 

Bon appétit !!!

Previous post

5 choses à savoir pour travailler dans le marketing de mode

Next post

Les 3 véhicules futuristes dévoilés en 2018

The Author

Salomé BRICARD

Salomé BRICARD

Née au cœur de l'Afrique équatoriale en République Gabonaise, travailler sur le continent était pour moi une évidence. Diplômée d'un Bachelor en Diététique et Nutrition Humaine, promouvoir la santé par une alimentation adaptée auprès des populations sénégalaises revêt pour moi d'une importance capitale. C'est au cours de mes nombreux séjours au Sénégal, que j'ai pu me rendre compte des problématiques nutritionnelles existantes.

Depuis 25 ans en effet, l'Afrique connait de profondes transformations : aujourd'hui, la prévalence des maladies chroniques surpasse celle des carences alimentaires et de la malnutrition. Prévalence liée notamment à l'occidentalisation des modes de vie, à la sédentarité ou aux mauvaises habitudes alimentaires, la faute à un manque d'informations !
De nouveaux enjeux sont donc présents avec l'apparition des maladies non transmissibles que sont le diabète, l'obésité, l'hypertension ou les maladies cardiovasculaires. Les femmes sont d'autant plus touchées par le phénomène, avec une pression sociale toujours d'actualité sur les femmes trop minces et un réflexe culturel bien présent (l'embonpoint comme critère de beauté). La montée croissante de ces pathologies émergentes inquiètent de plus en plus les autorités publiques, conscientes de leur essor inexorable.

Contribuer à améliorer l'état de nutrition de la population, particulièrement celle des groupes les plus vulnérables, fait parti de mes préoccupations et de mon projet professionnel. Dans un pays ou la diététique commence à peine à se faire connaître, comment provoquer une prise de conscience collective ?
Cela passe forcément par la mise en place de stratégie de prévention actives à travers la participation de tous les professionnels de santé voir même des instances religieuses afin de mettre en place des programmes d'éducation nutritionnelle durable prenant en compte les réalités socio culturelles et l'insécurité alimentaire toujours présente. De même que les soins nutritionnels, qui devraient être considérés comme des éléments centraux au sein des hôpitaux ou cliniques.

Mais l'espoir est permis, la diététique est un secteur en plein expansion
et les femmes, véritables maillon fort au sein du tissu social, sont actrices du changement pour l'émergence du Sénégal.
Je suis convaincue qu'il est notre devoir de lutter contre ces nouvelles maladies, en agissant sur l'alimentation comme principal levier de santé afin d'assurer des meilleures conditions de vie et une prospérité partagée.
Pour Aza Mag, j’anime la rubrique Diet’Attitude

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *