A la Une

Réduire les bidonvilles en Afrique, un impératif !

Réduire les bidonvilles, augmenter les villes intelligentes, telles sont les recommandations qui sont le plus revenues lors du 16e Forum économique international sur l’Afrique, organisé par le Centre de développement de l’OCDE jeudi dernier à Paris.


Le Centre de développement de l’OCDE, la Commission de l’ Union Africaine et le Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ont accueilli le Forum économique international sur l’Afrique le 29 Septembre dernier.

L’occasion a été saisie par différents experts et spécialistes de l’urbanisation pour plaider en faveur de la transformation des villes africaines.

Selon René Kouassi, Directeur de la Commission des Affaires économiques de l’Union Africaine (UA), sept citadins sur dix (72%) en Afrique subsaharienne vivent dans des bidonvilles,. Un chiffre révélateur de l’immensité des défis à relever, d’autant plus qu’à l’horizon 230, la moitié des africains vivront en ville.

« Il est temps de sortir les villes africaines de la ghettoïsation et de l’extrême pauvreté. Le forum permet, d’identifier les contours d’un nouvel écosystème pour bâtir en Afrique des villes durables et réduire des bidonvilles » a soutenu René Kouassi.

Au cours des échanges plusieurs intervenants ont invité les décideurs africains à accorder plus d’attention aux services de base, notamment le secteur informel qui touche plus de 60% de la population urbaine. Il s’agit pour eux, d’améliorer les services de base qui constituent un facteur-clé pour réduire la pauvreté.

Seulement, déplore Angel Gurria Secrétaire Général de l’OCDE, les deux tiers des infrastructures urbaines nécessaires en Afrique d’ici 2050 n’existent pas encore. Pour l’économiste mexicain, il appartient aux africains de construire ces infrastructures même si son organisme est prêt à accompagner

« L’OCDE est prête à concevoir, élaborer des villes africaines plus sûres, plus influentes et plus pérennes a-t-il indiqué. Il a  les solutions spécifiques doivent être construites par les Africains et pour les Africains » a dit Angel Gurria.

Cité en exemple par plusieurs intervenants Accra au Ghana a été l’attraction de la rencontre parisienne . D’ailleurs, le maire de la capitale ghanaeenne Alfred Oko Vanderpuije a tenu en haleine sur sa gestion, les participants à la dernière session du forum parmi lesquels Ibrahima Assane Mayaki Président du NEPAD et Célestin Monga Vice-Président de la BAD.

SOURCE: BBC Business

Previous post

Oprah : Le POUVOIR des mots

Next post

Sept façons d’être plus productif au travail (Suite & fin)

The Author

Team Aza Mag

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *