Une étude révélatrice montre qu’un besoin de stabilité financière et une faible tolérance à la prise de risques et à l’échec sont parmi les facteurs les plus importants qui freinent l’entrepreneuriat féminin.


Une recherche menée par Livingfacts, commandée par la Fondation Sage, révèle que plus de 50 % des femmes pensent que les emplois en entreprise sont « une option plus sûre ». Et, seulement 20 % de ceux qui ne possèdent pas d’entreprise estiment avoir le réseau nécessaire pour assumer leurs responsabilités familiales. 

Réalisée en partenariat avec le Forum international des femmes en Afrique du Sud (IWFSA), la recherche met en évidence les obstacles auxquels les femmes sont confrontées, notamment le manque d’exposition aux modèles entrepreneuriaux dans leur famille et leur communauté ; mauvais accès au financement et le défi de jongler avec les responsabilités personnelles et professionnelles.

Néanmoins, la recherche montre également que les femmes admirent les entrepreneurs et voient de plus en plus l’entrepreneuriat comme une voie viable vers la croissance personnelle et la création de richesse. La Fondation Sage et l’IWFSA ont mené la recherche pour combler le manque de données sur les motivations et les aspirations des femmes sud-africaines dans le secteur formel des affaires. La fondation a pris un engagement mondial envers les femmes dans le cadre de ses efforts pour créer des opportunités sociales, économiques et entrepreneuriales durables dans les communautés locales de Sage à travers le monde.

Mais aider commence par avoir la bonne information à portée de main. L’étude fournit donc un nouvel aperçu de ce qui pousse les sud-africains (et les femmes africaines en général) à créer leurs propres entreprises, pourquoi elles réussissent et pourquoi elles échouent. Il souligne également à quel point il est essentiel pour les ONG, les décideurs gouvernementaux et les autres parties prenantes de positionner l’entrepreneuriat comme un cheminement de carrière viable pour les jeunes femmes et de leur fournir du mentorat et du soutien lors de la création de leurs entreprises.

Des modèles de rôles familiaux nécessaires pour  

Seulement 20 % des femmes interrogées et seulement 16 % des répondants qui n’ont pas leur propre entreprise ont convenu que le fait d’avoir sa propre entreprise était considéré comme un choix de carrière viable lorsqu’ils grandissaient. La plupart des femmes considéraient les emplois en entreprise comme une option plus sûre, avec plus de la moitié (51 %) disant « il est vraiment important pour moi d’avoir une sécurité financière et un salaire stable ».

Près d’un quart des femmes considéraient la perte de ces avantages comme un frein à la création de leur propre entreprise. La recherche indique que peu de femmes sont exposées à des modèles entrepreneuriaux au cours de leurs années de formation, avec seulement 15 % déclarant qu’elles avaient définitivement de la famille et des amis qui parlaient souvent des affaires lorsqu’elles étaient jeunes et seulement 29 % qui ont dit qu’il y avait certainement un propriétaire d’entreprise prospère dans la famille et la famille élargie.

L’absence de modèle à suivre se répercute également sur la carrière et la vie des femmes : 14 % seulement des femmes ont déclaré avoir un mentor ou un modèle en affaires.

« Les jeunes femmes doivent être exposées aux possibilités et aux avantages d’avoir leur propre entreprise à la maison, dans leurs communautés et leurs écoles, et dans les médias », explique Joanne Van der Walt, responsable de programme pour la Fondation Sage pour l’Afrique. 

Le paradoxe de la flexibilité

Quelque 59 % des personnes interrogées qui ont quitté un emploi d’entreprise pour créer une entreprise ont déclaré que l’une des principales raisons de cette décision était qu’elles voulaient de la flexibilité dans la gestion de leurs engagements familiaux et professionnels. Pourtant, 19 % qui ont abandonné leur entreprise pour retourner dans le monde des affaires ont cité un besoin de flexibilité comme raison d’une reprise d’un emploi à temps plein.

Seulement 20 % de ceux qui n’ont actuellement pas d’entreprise ont le sentiment d’avoir définitivement le réseau de famille et d’amis nécessaire pour assumer leurs responsabilités familiales. De plus, un pourcentage plus élevé (70 %) de femmes qui dirigent leur propre entreprise étaient mariées ou vivaient avec quelqu’un qui leur fournissait un soutien financier et autre.

Selon Van der Walt : « Démarrer et gérer une entreprise demande beaucoup plus de temps que de nombreuses femmes ne le pensent. Souvent, pour les femmes, un emploi de neuf à cinq dans l’entreprise permet de passer plus de temps avec sa famille, et les futurs entrepreneurs ont du mal à maintenir l’équilibre entre le travail et leur vie personnelle — en particulier au cours des premières années critiques de la création d’une entreprise. Changer les stéréotypes de genre : qui fait quoi dans une famille, et le fait pour les femmes de surmonter leur propre réticence à demander de l’aide, sont des changements clés qui pourraient encourager l’entrepreneuriat féminin. »

Le facteur du risque

Les femmes chefs d’entreprise manifestent plus d’appétit pour le risque que les femmes qui ne se sont pas lancées dans les affaires. L’étude a révélé que 26 % des femmes qui n’avaient pas d’entreprise ont déclaré qu’elles n’avaient pas peur de prendre des risques, contre 43 % qui avaient leur propre entreprise.

Pendant ce temps, 37 % de ceux qui n’ont jamais eu d’entreprise pensent que c’est effrayant d’être en affaires pour soi-même, commente Van der Walt. « Pourtant, avec un taux de chômage des jeunes supérieurs à 50 %, nombre de nos jeunes femmes peuvent ne jamais avoir d’emploi en entreprise. Nous devons aider les jeunes femmes à voir les risques et les échecs potentiels de l’entrepreneuriat comme des expériences d’apprentissage sur la voie de la croissance et de la prospérité. » 

Le capital et le financement restent une nécessité première

Les femmes entrepreneurs trouvent que l’accès au capital et au financement est autant d’obstacles au démarrage de leur propre entreprise que leurs homologues masculins en Afrique du Sud — sinon plus. La plupart (84 %) des femmes ont démarré une entreprise en utilisant leurs propres économies à cette fin ; très peu ont obtenu un financement auprès des banques traditionnelles et encore moins connaissent le capital-risque, le financement providentiel ou d’amorçage, les subventions ou le crowdsourcing. Quelque 61 % des femmes qui n’ont jamais eu d’entreprise ont déclaré ne pas avoir accès à l’argent ou au capital pour démarrer leur propre entreprise comme obstacle, tandis que 33 % de celles qui ont repris un emploi en entreprise après avoir démarré une leur propre affaire ont déclaré que c’était une pierre d’achoppement. 

Les avantages d’être votre propre patron


L’étude a confirmé que les femmes sont attirées par les avantages d’être récompensées pour leurs propres efforts et la liberté d’être leur propre patron en matière d’entrepreneuriat. Ils ont également vu l’entrepreneuriat comme un moyen de trouver une croissance et un sens personnels, de faire une différence, d’atteindre l’indépendance financière, de donner aux femmes une voix et un contrôle sur leur propre avenir, et de créer et d’innover. Parmi ceux qui ne possèdent pas d’entreprise, 58 % admirent les entrepreneurs, 42 % veulent travailler pour eux-mêmes plutôt que pour quelqu’un d’autre,

36 % envisagent d’avoir leur propre entreprise (encore plus élevé chez les jeunes femmes noires) et 36 % pensent que vous pouvez gagner beaucoup d’argent.

« L’émergence d’une communauté croissante de femmes entrepreneures est l’un des développements économiques et sociaux les plus importants au monde. Il ne s’agit pas simplement de redéfinir les rôles économiques des femmes, il remodèle l’économie mondiale moderne », déclare Van der Walt. « Nos recherches montrent que cette tendance se déroule également en Afrique du Sud – mais elle souligne également combien nous devons faire davantage pour libérer le plein potentiel des femmes entrepreneurs de notre pays. »

Mpho Letlape, vice-présidente de l’IWFSA ajoute : « La recherche est vitale pour comprendre comment les femmes progressent dans le monde des affaires sud-africain. Avec une meilleure compréhension des défis auxquels sont confrontées les femmes d’affaires et les femmes entrepreneurs, nous pouvons nous concentrer sur les domaines où l’intervention est la plus nécessaire. À l’heure actuelle, les femmes dirigeantes ont la possibilité de faire une différence dans la société et d’aider à guérir notre nation. »

Les résultats de cette recherche seront utilisés pour dialoguer avec les décideurs politiques et les ONG sociales sur les moyens d’encourager et de soutenir les femmes entrepreneurs, à partir de leurs années scolaires, pour aider à éliminer certains des obstacles auxquels les femmes sont confrontées lorsqu’elles se lancent en affaires pour elles-mêmes.

Source: www.nawmagazine.com


Previous post

L’E-Commerce en Afrique : un secteur en pleine croissance

Next post

[Cuisine] CUISINE AFRIQUE LE MBOROKHE

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
25 × 5 =