Depuis le début du mois de Juin, on note l’apparition d’un nouveau challenge sur les réseaux sociaux. Apparu sur TikTok puis Instagram et Twitter, cet challenge plus connu sous le nom de « Vogue Challenge » consiste à créer sa propre couverture de magazine. Le but : montrer que la beauté est bien plus variée que ce que l’industrie de la mode veut bien nous faire croire.

Résultat, sur les réseaux sociaux, les « fausses » Unes se suivent et ne se ressemblent pas, pour changer…

Publié sous le hashtag #VogueChallenge, le défi a été lancé par l’étudiante d’Oslo Salma Noor au début du mois, après avoir tweeté une couverture alternative présentant une photo d’elle-même sous le titre “Être noir n’est pas un crime”.

Noor a publié l’image juste au moment où les manifestations contre le racisme et Black Lives Matter commençaient à gagner du terrain aux États-Unis et au-delà. Le défi est devenu viral depuis, le hashtag étant apparu plus de 100 000 fois sur Instagram.

“Je suis une jeune femme musulmane noire qui voulait créer quelque chose de nouveau tout en parlant de quelque chose de très important”, a-t-elle partagé via les réseaux sociaux.

S’adressant à CNN par e-mail, elle a déclaré : “Rassembler autant de personnes pour quelque chose comme ça est vraiment incroyable … Je ne pensais pas que cela toucherait autant de personnes, y compris Vogue.

“Je pense que l’industrie de la mode n’est pas encore assez diversifiée. Nous avons besoin de personnes ayant des opinions, des antécédents, des croyances religieuses, un héritage et une expérience de vie différents pour être mis en évidence.”

Oslo Salma Noor

D’autres personnes n’ont pas manqué d’apporter leur témoignage,

Jessie, l’une des participantes, interviewée par Brut explique « Lorsque tu es en pleine construction et que tu ne vois personne qui te ressemble, que ce soit au niveau de la couleur de peau, des traits physiques ou des cheveux, ça peut très vite devenir complexant. Avec ce challenge, on dénonce ce manque de représentation pour que les enfants noirs d’aujourd’hui mais aussi de demain puissent s’aimer et s’accepter et trouver une place au sein de la société. »

De son côté, Anna Wintour, la très médiatique rédactrice en chef de Vogue, a admis que le magazine « n’a pas fait assez pour promouvoir le personnel et les designers noirs ». Dans une note destinée au personnel du titre de presse et relayée par le site américain Page Six, elle poursuit :

« Il n’est sans doute pas facile d’être un employé noir chez Vogue, et vous êtes trop peu nombreux. Je sais qu’il ne suffit pas de dire que nous ferons mieux, mais nous le ferons – et sachez que j’apprécie vos voix et vos réponses à mesure que nous progressons. Je suis fier du contenu que nous avons publié sur notre site ces derniers jours, mais je sais aussi qu’il reste encore beaucoup à faire. »

Le rédacteur en chef de British Vogue, Edward Enninful, a quant à lui sélectionné 10 de ses couvertures maison préférées. “En parcourant toutes les entrées, j’ai été frappé par la beauté de toutes les formes et tailles, représentée dans toutes les couleurs et les croyances”, écrit-il, révélant ses choix. “Cela m’a montré qu’il y a tellement de talent et de créativité dans le monde si vous êtes prêt à le rechercher.”

Le « Vogue Challenge » fait suite au mouvement Black Lives Matter qui soulève les États-Unis et une bonne partie de la planète depuis le décès de George Floyd le 25 mai dernier. Un large mouvement anti-raciste s’est ainsi déployé à travers le monde, demandant respect et égalité pour toutes les personnes noires victimes de discriminations.

#Voguechallenge
#Voguechallenge
#Voguechallenge
#Voguechallenge

Previous post

[Beauté] Comment bien se démaquiller ?

Next post

L’E-Commerce en Afrique : un secteur en pleine croissance

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
6 × 14 =